Le Coin des Penseurs Tranquilles Index du Forum
 
S’enregistrer
 
Le Coin des Penseurs Tranquilles Index du Forum FAQ Rechercher Membres Groupes Profil Se connecter pour vérifier ses messages privés Connexion
 
Molière or not Molière that is the question...

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le Coin des Penseurs Tranquilles Index du Forum -> Club détente -> Débats
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
lordmagnus
Grand Maître
Grand Maître

Hors ligne

Inscrit le: 23 Jan 2009
Messages: 339
Masculin Balance (23sep-22oct) 馬 Cheval
Point(s): 0
Moyenne de points: 0

MessagePosté le: Lun 8 Mar - 17:02 (2010)    Sujet du message: Molière or not Molière that is the question... Répondre en citant

Je ne supporte pas Molière. Pas de raison particulière mais je vais pas tarder à en trouver. 
En attendant je propose à un membre qui ne va pas tarder à arriver de me montrer que Molière est bien un dramaturge de qualité. 
_______________________________________________
Time! on whose arbitrary wing
the varying hours must flag or fly,
Whose tardy winter, fleeting spring,
But drag or drive us on to die
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Lun 8 Mar - 17:02 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Jarnac
Penseur réfléchi
Penseur réfléchi

Hors ligne

Inscrit le: 08 Mar 2010
Messages: 71
Localisation: diverses et variées
Masculin
Point(s): 0
Moyenne de points: 0

MessagePosté le: Mar 9 Mar - 02:51 (2010)    Sujet du message: Molière or not Molière that is the question... Répondre en citant

«C'est une étrange entreprise que celle de faire rire les honnêtes gens» écrivait Jean-Baptiste Poquelin dans «La Critique de l'école des femmes», cette étrange entreprise a pourtant donné fruit à un des plus beaux genre littéraire, un des plus subtil, un des plus profond: la Comédie. La critique que m'a fais à demi-mots mon camarade de rangée (qui ici se fait appeler Lordmagnus) m'a donc bouleversé au plus au point. C'est pour cela que je me lance dans cette apologie de Jean-Batiste Poquelin dit Molière en particulier et du théâtre et de la littérature Comique en général mais aussi car « il est généreux de se ranger du coté des affligés »1


Le terme de comédie provient du latin comoedia « pièce de théâtre » qui vient lui-même du grec Komodia dérivé de Komodos « chanteur dans une fête » lui même de Komos qui désigne une procession burlesque dans les fêtes dionysiaques.2 Le Comique dés le début de son histoire est ce qui est relatif au théâtre, il est au fond (hommage à Y.Palau) L'essence du théâtre occidental.
La Comédie est un des genre littéraire les plus divers, l'on peut cependant en retracer l'histoire à grand traits en passant par les grands courants et les grands Auteurs. La Comédie est aussi vielle que le monde, elle est l'un des quatre grands genres classiques décris par Aristote dans son ouvrages «Poétique». Elle est dans la Grèce antique le mieux représentée par Aristophane qui déjà définit le ton qui marquera la comédie et particulièrement celle de Molière. En effet les comédies sont des pamphlets philosophiques et politiques mais aussi des satires sociales.
La Comédie va prendre une autre forme déterminante dans son histoire (surtout en France) avec l'auteur latin Titus Maccius Plautus: la Farce. En effet Plaute va inventé les stéréotypes de la Farce repris par la commedia del arte qui aura une influence déterminante sur l'œuvre de Molière.


Le moyen-âge a approfondi cet art qu'est la comédie avec ces lais et farces en particulier « Le Roman de Renard »3 et certains contes des « Contes de Canterbory »4. La renaissance a donné à Molière comme source d'inspiration commedia del arte la comédie de l'improvisation mais aussi des rôles stéréotypés qui donna à Molière des triades mais aussi et surtout une façon de jouer.
Dès lors la scène était en place il ne restaient qu'à la jouer, il fallait que Molière vive,écrive,joue et meurent sur cette même scène pour qu'une nouvelle forme de comédie existe une fusion délicate et subtile de toute les autres ce qu'on a appelé la haute comédie ou la comédie des mœurs et que l'on pourrait appeler tout simplement Comédie car l'on ne peut plus employer le terme sans penser à Molière.
Molière en fusionnant toutes ces formes de comédie, la comédie de Molière, la Comédie-Française n'est plus une comédie politique, ni une critique sociale, ni une farce populaire avec Molière la comédie devient anthropologique. La Comédie-Française touche à l'humain à l'Harpagon, à l'Argan et aux Tartuffes qui réside en nous, il a repris et modernisé le Scapin ingénieux et fourbe que chacun de nous possède en soi. Molière met en scène les amoureux éternels que sont les Cléantes, Valéres, Lucilles et Mariannes tantôt naïfs tantôt intrigants toujours idéalistes.
Une pièce de Molière est une partition que l'on peut jouer de mille façons différentes, c'est sur cette partition que Stanislavski a bouleversé l'art du théâtre, sur cette partition que ce sont joués tout les rôle d'un Harpagon moderne, Louis de Funès. C'est sur les tracées de Molière qu'écrivent les dramaturge Dario Fo et Harold Pinter. Une pièce de Molière ne peut être mauvaise, elle ne peut être que mal jouée.
Molière voulait écrire des tragédies mais dramaturge avant d'être poète, anthropologue avant d'être philosophe, or c'est le comique ce qui est relatif au théâtre qui l'emporta et même son seul essai de tragédie se finit sur une phrase comique, presque une revendication sociale « mes gages ! mes gages » clamé par un Sganarelle qui se retrouve être le dindon de la farce dans une tragédie.
«Les commencements ont des charmes inexprimables.»5 et Molière est le commencement de la comédie moderne, la langue française est bien la langue de Molière. Molière est et sans lui nous ne sommes plus.
Dixi, la défense a finie son introduction.





1 Molière. Extrait de La critique de l'école des femmes

2Source dictionnaire Historique de la langue Française d'Alain Rey, noter que je n'est pas mis les ^ sur le o grec je ne sais pas faire.

3Attribué à Pierre de Saint-Cloud

4Ecrit par Geoffrey Chaucer, père de a Langue anglaise

5Molière. « Dom Juan »
_______________________________________________
"L'existence est le récif sur lequel la pensée pure fait naufrage" S.KIERKEGAARD

"Dans la guerre tout est simple, mais le plus simple est difficile" C.CLAUSEWITZ


Dernière édition par Jarnac le Mer 7 Avr - 23:03 (2010); édité 8 fois
Revenir en haut
lordmagnus
Grand Maître
Grand Maître

Hors ligne

Inscrit le: 23 Jan 2009
Messages: 339
Masculin Balance (23sep-22oct) 馬 Cheval
Point(s): 0
Moyenne de points: 0

MessagePosté le: Mar 9 Mar - 15:37 (2010)    Sujet du message: Molière or not Molière that is the question... Répondre en citant

Je tiens à présenter toutes mes excuses à nos lecteurs. De tout mon cœur.
En effet, bien que ce ne soit pas l'envie qui m'en manque, je ne pense pas pouvoir atteindre les sommets stylistiques de mon compétiteur. Au moins peut on espérer que je les tiendrais éveillés.


La comédie est donc en genre ancien et glorieux, dont les origines remontent à la Grèce antique, source de toute la sagesse occidentale. 
Soit. Pourquoi pas?
Est-ce l'âge qui fait donc la qualité d'un courant, son ancienneté, son irréprochabilité? je doute. 
Mais soit. 
Admettons que de par ses origines la Comédie ne puisse être considéré comme un sous genre.


Mais qu'en est-il de Momo? JB de par son prénom, Momo est en effet un dramaturge ayant sévit, à tort ou à raison à l'époque de notre bon roi Louis XIV. Ses qualités, décrites plus haut par mon confrère et détracteur Jarnac semblent avoir été la combinaison des divers types de comédies existants pour transcender le genre, passant d'une simple comédie à une anthropologie, à une tentative de définition de l'être humain... 
Mouais bof, là je vais me permettre de donner mon opinion sur le sujet.


Une alchimie aussi subtile que celle censée avoir été réalisée par Momo demanderait une certaine finesse: Un pas de trop d'un côté ou de l'autre et tout est foutu, on abouti plus à une œuvre, mais à un divertissement. 


Momo a-t-il fait une œuvre, ou un divertissement? 
Pour que l'œuvre soit réussie, il faut que le mélange soit bien réalisé, et que l'on ne puisse plus dissocier l'aspect comique de la réflexion anthropologique, que l'on puisse accéder à une dimension supérieure. Les personnages peuvent être soit puissants, soit profonds.
Il s'avère que chez Momo, ils ne sont ni l'un ni l'autre. On aperçoit que dans son Don Juan un semblant de profondeur, une brise épique à défaut d'un souffle, mais il n'est que l'ombre d'un Don Juan de Molina ou de tant d'autres ( Je pense que seul les russes ont pu comprendre pleinement l'essence de Don Juan et la retranscrire parfaitement dans leurs œuvres).
Dans Molière, tous les personnages sont grossis à la loupe, leurs défauts exagérés pour être sûr que le spectateur, pas toujours très élevé puisse comprendre. 
De finesse, nulle part, de réflexion, nulle part. Le ridicule partout, le beau jamais, la faiblesse partout, jamais de puissance. Mais tant d'auteurs ont réussit à parler du moche et du vil d'une manière qui les transformaient, comme un Villon ou un Baudelaire, ou même en en donnant un portrait juste comme Zola. 
Mais pas Momo. Non, lui ne fait que du drôle, parfois bien, souvent un peu lourd ( avez vous ris après vos 6 printemps en voyant un bouffon en frapper un autre dans un sac?).


Non, Molière n'était pas un artiste!
Non, Molière n'a pas transcendé la comédie!
Non, Molière n'a pas disséqué avec finesse l'âme humaine.


Car Molière n'était tout compte fait qu'un humoriste, un Bigare de l'époque, et si ses textes sont maintenant joués, si tant de gens s'en sont inspiré, c'est parce que de tout temps, les Bigares ont toujours plut. 
_______________________________________________
Time! on whose arbitrary wing
the varying hours must flag or fly,
Whose tardy winter, fleeting spring,
But drag or drive us on to die
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Tortal
Penseur
Penseur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Mar 2010
Messages: 28
Localisation: Boulogne
Masculin
Point(s): 0
Moyenne de points: 0

MessagePosté le: Mar 9 Mar - 21:45 (2010)    Sujet du message: Molière or not Molière that is the question... Répondre en citant

Alors là je trouve que notre petit lord y va un peu fort quand même.
Comparer Momo à Bigard est un peu fort quand même. Tandis que Momo s'écrit (pas très finement certes) qu'on lui a volé sa cassette, Jean Marie (je trouve assez plaisant de comparer un Jean Marie à un Momo finalement) ne pourrais qu'éructer qu'on lui a volé sa paire de couilles.
Vulgarité et caricature mise à part, je pense pouvoir affirmer sans être contredit trop fort qu'il est plus plaisant d'assister à une représentation du malade imaginaire qu'à le retransmission par TF1 de ce cher Bigarounet au stade de France.

Quant à parler directement des qualités littéraires de Molière, je crains que je sois un des moins compétant sur ce forum, cependant Tartufe m'avais semblé quelque peu pitoyable comparé aux pièces de Racines (je sais que comparer comédie et tragédie est un peu stupide mais étant donné que la pièce utilise le même système de versification...). Les pièces en proses me semblent cependant avoir un sens du rythme et du comique assez certain.

Après tout dépend de ce qu'on attend d'une comédie, rire ou bien assister à la transcendance de la langue français.

PS : A ce sujet, une phrase des profs m'a fait quelque peu frémir, je la place en ps ici mais si des gens sont partant pour un débat elle pourra être déplacée. Il disait, en gros, que les  trois principales motivations de l'architecte quand il créé un bâtiment sont : 1) gagner sa vie (ce que je ne conteste pas), 2) l'esthétisme et 3) le côté pratique de la chose. Pour moi le côté pratique doit être prioritaire sur toutes les autres considération (encore que gagner se vie soit une raison acceptable de priorité). De même, peut on reprocher à Momo de faire un comique de farce qui atteint son but, quitte à sacrifier les qualités littéraires et la finesse de ses personnages (après tout la caricature est un des meilleurs moyens de faire rire).
 (le premier abruti qui me sort que Biguard fait la même chose à droit à une baffe! Et comme réponse que Molière me fais franchement rire alors que Bigard m'arrache un rire nerveux parfois)
Et si Lordi ne rie pas devant Molière c'est son problème! Cool
_______________________________________________
Vous devez réunir votre groupe avant d'aller plus loin
Vous devez réunir votre groupe avant d'aller plus loin
Vous devez réunir votre groupe avant d'aller plus loin
Vous devez réunir votre groupe avant d'aller plus loin

squiiick
Revenir en haut
Liquidus
Grand Maître
Grand Maître

Hors ligne

Inscrit le: 30 Jan 2009
Messages: 300
Localisation: inconnue
Masculin
Point(s): 0
Moyenne de points: 0

MessagePosté le: Mar 9 Mar - 21:56 (2010)    Sujet du message: Molière or not Molière that is the question... Répondre en citant

Bien dit, Tortal!

Pour l'instant je suis forcé de reconnaître que Magnus n'a toujours pas dit pourquoi Molière n'es pas fin et pourquoi son humour est proche du scatologique (toujours selon ce même Magnus).

Il me semble que bien que le style soit celui de la polémique, mais Magnus n'a pour autant en rien ébranlé Jarnac!

(Te laisse pas faire Jarnac, défends Momo!)
_______________________________________________
Le meilleur est encore à venir!
Aime le monde!
Connais toi toi-même!
Tu es fatum!
Libère toi!
Purifie toi!
Aime!
Crée!
Détruis!
Rejette tout ressentiment!
Surpasse-toi!
Deviens celui que tu es!
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur AIM Yahoo Messenger MSN Skype
Jarnac
Penseur réfléchi
Penseur réfléchi

Hors ligne

Inscrit le: 08 Mar 2010
Messages: 71
Localisation: diverses et variées
Masculin
Point(s): 0
Moyenne de points: 0

MessagePosté le: Mer 10 Mar - 02:30 (2010)    Sujet du message: Molière or not Molière that is the question... Répondre en citant

 
« Mon frère ce discours sent le libertinage :
Vous en êtes un peu dans votre âme entiché ;
Et, comme je vous l'ai plus de dix fois prêché,
Vous vous attirerez quelques méchante affaire . »1



Mon cher collègue a reproché dans sa diatribe à Molière de ne pas être assez subtil et avec cet argument, que dis-je cette sacro-sainte vérité il a déchu Molière de sa position élevé d'artiste, de celui qui pratique son art digne et noble d'une façon majestueuse au rang du comique de celui dont le seul souci est de provoquer l'hilarité, personnage ridicule, petit et inscrit dans le moment présent et un mot le comique est un personnage négligeable. Et cela je ne le conteste point le comique est négligeable et même négligé, le comique qui allie grossièreté, surprise qui manie nos préjudices qui nous montre la risibilité de notre existence, n'est t-il pas une petite chose? L'essence de la comédie n'est donc pas subtile, la comédie est une massue que l'on assène. Comment voulez vous avoir la subtilité dans un exercice aussi simple mais à la fois aussi profond, « L'épaisseur des grands comiques, des Cervantès, Molière, Rabelais. Leur rire est générosité. Celui qui sourit seulement se croit supérieur ; il se prête ; l'autre se donne. »2.

Cependant je ne renie point ce que j'ai dis dans mon introduction l'art comique est subtil, car cette massue dans les mains des grands comique se transforme en quelque chose de plus élégant, et ceux-ci en aiguisant leur vers, transforme cette chose grossière en un art, en une façon d'être. Hélas le monde est rempli de rabat-joies : « Du moment que ça fait rire, ça n'a pas de valeur ! Seulement quand une œuvre est triste et ennuyeuse, vous êtes enclin à la trouver profonde. »3 disait en ce moquant d'eux Sacha Guitry. Alors l'on critique un Don Juan personnage excessif qu'on lui reproche d'être trop unilatéral et l'on ne daigne regarder le petit Sganarelle qui est le vrai personnage central de cette œuvre, l'on reproche à Harpagon, Tartuffe et Argan d'être exagérés mais ils ne le sont point l'on ne fait jamais rire les gens avec des choses qui n'existe pas. L'on remarque qu'un vieillard se faisant battre par son valet ne peut plus faire rire et pourtant cette histoire qui date de Plaute et a été réutilisé mainte fois, si les comiques l'on autant utilisé c'est bien car elle fait rire.

Oui le Comique est divertissant, c'est un divertissement et pourtant le comique est un art, l'art n'est pas simplement des tableau et sculpture que personne ne comprends et que personne ne regarde. Oui Molière est un artiste mais je comprends que LordMagnus ait voulu imiter Magritte.



Molière n'aurait pas innové, il n'aurait fait que copier d'anciennes farces? Cette accusation a été porté contre les grands comiques, nous avons assez peu d'histoire à nous raconter,les sociétés humaine change et pourtant reste toujours semblable. Molière n'a donc peu innové, d'un point de vue du scénario encore moins d'un point de vue lyrisme, la comédie n'est pas de la poésie, elle n'en n'a pas la vocation et si l'œuvre de Molière peut être par moment poétique ne vous y tromper point cela n'est qu'une interlude au comique pour mieux encore nous faire rire. Quel est alors la transcendance de Molière pourquoi ne peut ont penser comédie sans Molière aujourd'hui. La réponse est simple Molière à allié la farce une des formes de comédie la plus vivante a une comédie des mœurs naissante, et cela a donné des pièces comme Tartuffe, Le Misanthrope, .L'École des Femmes, Dom Juan (ce que l'on appelle les grandes comédie). En quoi cet alliage transcende t-il la comédie classique et entre de plein pied dans la comédie moderne? Molière va garder la dynamique de la farce et réussir le tour de force d'établir avec cette dynamique une critique sociale et un réflexion anthropologique. La critique sociale est évidente de Tartuffe à L'École des Femme elle critique une manière de vivre de la société, il y a chez Molière une critique des sociétés Bourgeoise et Aristocratique et Molière tel Diogéne et sa lanterne cherche l'honnête homme, l'homme de bon sens. La réflexion anthropologique est plus subtile elle est surtout présente dans Dom Juan et Le Misanthrope ou Molière cherche l'essence de l'homme. Toute comédie a tendance à être anthropologique car « Le rire dit : Je ne suis pas comme cela, MOI ! »4 mais la comédie de Molière assume ce rôle pleinement car l'homme ne peut «  chercher sur la terre, un endroit écarté, Où d’être homme d’honneur, on ait la liberté. »5 Oui Molière a transcendé la comédie classique et a crée la comédie moderne.



Molière a t-il été bon juge de l'âme humaine, a t-il su nous reconnaître? Ses personnages principaux ne sont t-il pas trop excessifs et ses personnages secondaires pas trop accessoires? L'on peut fustiger autant que l'on veux nous sommes des êtres excessif, nous somme ou nous voyons tout les jours des Harpagons et des Tartuffes. Dans l'acte premier de Tartuffe, Cleante décris ce faux devot en ces mots:

 « Ah ! Si vous aviez vu comme j'en fis rencontre
Vous auriez pris pour lui l'amitié que je montre
Chaque jour à l'église il venait, d'un air doux,
Tout vis-à-vis de moi se mettre à deux genoux.
Il attirait les yeux de l'assemblée entière
Par l'ardeur dont au ciel il poussait sa prière ;
Il faisait des soupirs, de grands élancements,
Et baisait humblement le sol à tous moments... »6

Les valeur de ce bas monde on changé mais nos technologie du multimédia nous permettent de voir des Tartuffe tout les jours proférant leur foi a laquelle ils croient plus par intérêt que par idéalisme parfois même au point de se convaincre eux même. Vraiment un auteur a t-il jamais aussi bien aperçu et décris la nature humaine? Oui Molière a finement disséqué l'âme de l'homo sapiens.



Molière n'est qu'un humoriste, un personnage que les gens sérieux n'écoute pas, en France l'on encense Molière pour mieux le taire, car après tout Molière c'est bien beau mais Corneille et Racine voila la vrai littérature. En ce sens Molière joue le rôle du bouffon du roi celui qui donne de sage conseil et révèle la vérité par l'humour car c'est la seule façon de se faire entendre. N'oublion pas ce que Kierkegaard disait: « Il arriva que le feu prit dans les coulisses d'un théâtre. Le bouffon vint en avertir le public. On pensa qu'il faisait de l'esprit et on applaudit ; il insista ; on rit de plus belle. C'est ainsi, je pense, que périra le monde : dans la joie générale des gens spirituels qui croiront à une farce. »7 le comique est trop sérieux pour qu'on l'ignore et si comme Renan le disait « Les rieurs ne régneront jamais. »8 alors il faut les écouter et les comprendre.

Quand se mettra t-on enfin a prendre Molière au sérieux?

Dixi, je vous souhaite un bonne nuit.



1 Molière, Tartuffe, acte 1, scène 5 (1669)

2A.Gide, Journal 1889-1939

3S.Guitry L'Esprit

4Pascal, Cahiers I, Psychologie p.965

5Molière Le Misanthrope, acte V, scène IV

6Molière, Tartuffe, acte 1, scène 5 (1669)

7S.Kierkegaard Ou bien... Ou bien... (1843)

8E.Renan. L'avenir de la Science,Pensées de 1848 (1890)
_______________________________________________
"L'existence est le récif sur lequel la pensée pure fait naufrage" S.KIERKEGAARD

"Dans la guerre tout est simple, mais le plus simple est difficile" C.CLAUSEWITZ
Revenir en haut
lordmagnus
Grand Maître
Grand Maître

Hors ligne

Inscrit le: 23 Jan 2009
Messages: 339
Masculin Balance (23sep-22oct) 馬 Cheval
Point(s): 0
Moyenne de points: 0

MessagePosté le: Dim 21 Mar - 13:32 (2010)    Sujet du message: Molière or not Molière that is the question... Répondre en citant

Premièrement, je voudrais demander pardon pour ce long silence de ma part, d'autres devoirs m'appelaient, et je dois dire qu'à chaque fois que je me posais devant mon écran pour répondre à Jarnac, je rechignais quelque peu à lire une oeuvre aussi dense. 
Mais bon, maintenant me revoilà !
Jarnac s'en est apparemment donné à coeur joie de défendre la comédie. Grand bien lui fasse, je n'ai pour ma part ( vous pouvez me relire, ça prend pas trop de temps) pas dit un seul mot contre la Comédie. En effet, faire rire n'est pas incompatible avec une oeuvre d'art, même si, parce que faire rire fait vendre, il y a toujours beaucoup de comédie de faible qualité, qui ne sont là que pour faire rentrer de l'argent. 
Or donc (fallait que je le place, hommage à Hocquart, comprenne qui peut ), Pourquoi Molière, auteur de comédie, n'est il pas un auteur de qualité? Pourquoi en d'autre terme des hommes comme Oscar Wilde peuvent être porté aux nues, alors que d'autre, comme Molière, reste à terre?
Après tout les deux font rire...
Après tout, les deux sont en quête de l'homme...
Après tout, les deux font une critique de la société dans laquelle ils vivent...
Alors pourquoi?
Peut être simplement parce qu'alors qu'un de ses deux hommes, pour faire rire se doit dans l'obligation de forcer le trait, l'autre se contente de dire la vérité, et cette seule vérité fait rire, parce que, dans le regard acerbe d'un homme qui voit vraiment, cette chose que tout le monde voit au quotidien sans la remarquer dévoile immédiatement son allure grotesque. 
On me dit que Molière est un homme clairvoyant qui a vu clair dans l'âme humaine? L'homme, cet objet aussi complexe pourrait en fin de compte se résumer à quelques grand traits? Il y a le mysanthrope, l'avare, l'hypocrite? 
Est-ce donc ça un homme? 
Peut être vu de très loin...
Mais de plus près, ne voit on pas un bijou de complexité, une formidable mécanique vivante qui se contredit, vivant de paradoxe, tout en subtilité, en finesse, jouant avec et entre les mots? 
Non, un homme n'est pas simplement un idéal type grossièrement taillé, ni Molière un anthropologue.
Jetez Molière, Lisez Wilde
_______________________________________________
Time! on whose arbitrary wing
the varying hours must flag or fly,
Whose tardy winter, fleeting spring,
But drag or drive us on to die
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Jarnac
Penseur réfléchi
Penseur réfléchi

Hors ligne

Inscrit le: 08 Mar 2010
Messages: 71
Localisation: diverses et variées
Masculin
Point(s): 0
Moyenne de points: 0

MessagePosté le: Mer 24 Mar - 00:54 (2010)    Sujet du message: Molière or not Molière that is the question... Répondre en citant

« Vox clamentis in deserto »
Permettez moi de parler avec franchise et clarté: je parle à un sourd.
Depuis le début de ce débat je défend non seulement la genre comique mais la pantalonnade et surtout la fusion de cette pantalonnade avec la comédie des moeurs faite par Molière.
A quoi mon estimé collègue Lord magnus (estimé malgré son age qui ne se manifeste pas seulement en sa surdité naissante) me répond Molière force le trait, ne sait qu'exagérer, fait un bien piètre portrait de l'homme et il pose comme modèle du comique Oscar Fingal O'Flahertie Wills Wilde qui n'a de comique que le nom!


Il 'agit de récuser ce discours et pour cela procédons par ordre:

En premier lieu dans le domaine comique l'exagération est une vertu, la retenue, le souci d'esthétisme et la superficialité sont les pires des vices. La comédia del arte courant phare dans l'histoire du comique a crées ce précurseur de Géronte qu'est Pantalon, vieillard jaloux, avare aux comportement excessifs. Pantalon est un bouffon grotesque, le grotesque n'est pas crédible, il est vrai1. L'exagération est l'apanage du bouffon, son moyen de dire la vérité sans être pris au sérieux. Il crées ce que Lordmagnus appelle des idéaux types2 je reprend cette expression car elle est un des plus beau compliment que l'on peut faire a Molière, l'idéal type est nécessaire à la compréhension.
Ce que les gens ne veulent point voir il faut l'exposer sur le devant de la scène, il faut que l'on ne puisse point l'ignorer car le comique a pour vocation d'être utile. Molière est utile, Wilde reconnais être inutile pire il a le désir d'être inutile. En cela l'oeuvre de Wilde est belle, elle est difficilement drôle, peine a devenir comique3, en un mots superficielle. L'oeuvre de Molière elle est profonde, poignante, utile, elle révèle la vérité, en un mots elle est comique.
Jeter l'utile, pour adorer l'inutile? Voilà tout un programme, tout une façon de penser l'art et le beau mais ce n'est pas un système qui inclus le comique. Le comique est utile « ce qui est utile est beau »4.


En second lieu , si Molière s'inscrit de plein pied dans la tradition de la comédia del artre, dans le rôle du bouffon il ne ce limite pas à ce rôle il le transcende. Molière a joué son théâtre avec exagération c'est là le jeu comique de son époque, la tradition française est italienne, elle a ses mérites et ils sont nombreux. Cependant Molière je le répète n'est pas limité par cette traditions il l'inclus dans sont théâtre comique mais elle n'est pas l'essence de sa comédie. Stanislavski le prouvera quand il jouera Molière d'une façon réaliste5, plus d'exagération du jeu, l'on ne déclame plus l'on parle. Ce n'est point un hasard si ce grand courant du théâtre est né avec Molière6 et pas avec un autre dramaturge. Molière se prête bien au Naturalisme car ses personnages révèle un vérité, s'il l'exagération ne convainc plus il suffit de jouer Molière naturellement car « l'acteur comme l'orateur cherche a convaincre »7. Les rôles que Moliéresque donne à jouer a l'acteur un personnage profond, extrême. Harpagon ou Géronte, Dom Juan ou Alceste n'ont pas besoin d'être exagéré il sont et c'est assez. Molière ne se limite pas à l'exagération, je le disais dans l'introduction: une pièce de Molière est une partition que l'on peut jouer de mille façon différentes.


Molière est sans doute un des plus grands comiques, il a réussi l'alchimie de deux genre de théâtre et sa grande comédie est sans égale. Molière était un innovateur, sa marque est à jamais imprimés dans le théâtre et dans la comédie . Molière auteur rejeté par son temps est devenu l'auteur angulaire du théâtre français ainsi va l'histoire. Molière c'est la continuation de l'anthropologie par d'autre moyens.

Dixi, je vous souhaite bonne nuit.




1Voir la citation de Kierkegaard.

2Concept sociologique crées par Max Weber nous permettant par une certaine exagération de comprendre le modernité.

3Que celui qui a trouvé « L'importance d'être Constant » drôle me jette la première pierre.

4Le Corbusier

5Je l'évoquai déjà dans mon introduction.

6Voir les ouvrages de Stanislavski

7C. Stanislavski
_______________________________________________
"L'existence est le récif sur lequel la pensée pure fait naufrage" S.KIERKEGAARD

"Dans la guerre tout est simple, mais le plus simple est difficile" C.CLAUSEWITZ
Revenir en haut
Dr Strangelove
Maître de la Dialectique
Maître de la Dialectique

Hors ligne

Inscrit le: 23 Mar 2010
Messages: 809
Localisation: Plou dans la Granteu Alleumagne !
Point(s): 0
Moyenne de points: 0

MessagePosté le: Mer 24 Mar - 01:11 (2010)    Sujet du message: Molière or not Molière that is the question... Répondre en citant

 
 
Citation:
Molière a joué son théâtre avec exagération
Il me semble que c'est le propre de l'art baroque que l'on retrouve dans le Cid de Corneille lors d'un monologue de Chimène. des phrases fortes et jouée avec force. Molière n'etait-il pas plutot classique ? pardonnez moi mon peux de savoir dans ce domaine.
_______________________________________________
Jack D. Ripper : Général I can no longer sit back and allow Communist infiltration, Communist indoctrination, Communist subversion and the international Communist conspiracy to sap and impurify all of our precious bodily fluids.
Dr. Strangelove: Of course, the whole point of a Doomsday Machine is lost, if you KEEP it a SECRET ??!! Why didn't you tell the world, EH?
Dr. Strangelove: Regrettably, yes. But it is, you know, a sacrifice required for the future of the human race. I hasten to add that since each man will be required to do prodigious... service along these lines, the women will have to be selected for their sexual characteristics which will have to be of a highly stimulating nature.
Dr. Strangelove: It would not be difficult, Mein Führer. Nuclear reactors could - heh, I'm sorry, Mr. President - nuclear reactors could provide power almost indefinitely.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
lordmagnus
Grand Maître
Grand Maître

Hors ligne

Inscrit le: 23 Jan 2009
Messages: 339
Masculin Balance (23sep-22oct) 馬 Cheval
Point(s): 0
Moyenne de points: 0

MessagePosté le: Mer 24 Mar - 14:36 (2010)    Sujet du message: Molière or not Molière that is the question... Répondre en citant

Si je suis sourd, mon cher, vous êtes bègue.


Peut être ma surdité ( sans doute selective) n'est venu que parce que vous répétiez encore et toujours le même propos, bien que sous des formes différentes?
Avez vous dit autre chose depuis le début que " Molière est grand car il transcende le théâtre grâce à une subtile fusion de la comédia del arte et de la comédie de moeurs" et "le comique est utile, ce qui est utile est beau"?


Que cette fusion soit subtile, j'ai beau chercher (mais peut être qu'a ma surdité se rajoute la myopie) dans vos posts aucun argument pour l'étayer. à moins que telle une vérité cartésienne elle coule de source et se suffise à elle même.


Le comique est utile? Entièrement d'accord. Molière est il comique? Est il utile? Si la comédie a cette fonction sociale que vous lui attribuez, alors Molière est au contraire une plaie!!!
Habituer les spectateurs à des idéaux types ne risque t'il pas de les rendre incapable de pouvoir discerner les personnes ou institution dénoncés? 
Tandis qu'au contraire ne pas exagérer dire la vérité telle qu'elle est, en montrant son grotesque n'est il pas le vrai comique? N'est il pas utile?
Vous dites que Wild n'a de drôle que son nom, je vous conseil de relire ses aphorismes. De plus, bien que Wilde clame la beauté de l'inutile et la gloire de la superficialité, il lui arrive d'être profond malgré lui. 
Vous me dites sourd, mais vous ne faites que tonnez les même arguments encore et encore, toujours sans le moindre support, en espérant que l'on se soumette.
Bah nan     
  
 
_______________________________________________
Time! on whose arbitrary wing
the varying hours must flag or fly,
Whose tardy winter, fleeting spring,
But drag or drive us on to die
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Dr Strangelove
Maître de la Dialectique
Maître de la Dialectique

Hors ligne

Inscrit le: 23 Mar 2010
Messages: 809
Localisation: Plou dans la Granteu Alleumagne !
Point(s): 0
Moyenne de points: 0

MessagePosté le: Mer 24 Mar - 15:11 (2010)    Sujet du message: Molière or not Molière that is the question... Répondre en citant

Pour revenir à l'utilité de l'art et spécialement de la comédire, je pense que la comédie est inutile et que c'est ça qui fait qu'on l'aime.
_______________________________________________
Jack D. Ripper : Général I can no longer sit back and allow Communist infiltration, Communist indoctrination, Communist subversion and the international Communist conspiracy to sap and impurify all of our precious bodily fluids.
Dr. Strangelove: Of course, the whole point of a Doomsday Machine is lost, if you KEEP it a SECRET ??!! Why didn't you tell the world, EH?
Dr. Strangelove: Regrettably, yes. But it is, you know, a sacrifice required for the future of the human race. I hasten to add that since each man will be required to do prodigious... service along these lines, the women will have to be selected for their sexual characteristics which will have to be of a highly stimulating nature.
Dr. Strangelove: It would not be difficult, Mein Führer. Nuclear reactors could - heh, I'm sorry, Mr. President - nuclear reactors could provide power almost indefinitely.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Jarnac
Penseur réfléchi
Penseur réfléchi

Hors ligne

Inscrit le: 08 Mar 2010
Messages: 71
Localisation: diverses et variées
Masculin
Point(s): 0
Moyenne de points: 0

MessagePosté le: Jeu 8 Avr - 01:00 (2010)    Sujet du message: Molière or not Molière that is the question... Répondre en citant

 
Conclusion
 
Après une longue absence je propose de conclure ce débat. La défense va donc présenter sa conclusion. Malgré les critiques je souhaite plaider non coupable, bien entendu Molière n’est pas un médiocre comique au contraire c’est un des plus grand comique que le monde ait jamais porté.
Mes premiers messages ont d’abord tenté de démontrer que le rire et le comique est bien plus sérieux et profond qu’on ne veut le croire[1], ils avait aussi pour but de présenter l’idée que le comique grotesque et exagéré : la pantalonnade est  un art a la fois ancien, subtil[2] et profond.
L’exagération je préférais dire l’épaisseur de ce genre  a fait l’objet de nombres de critiques de la part de mon opposition.


Pour défendre Molière de ces critiques l’on ne peut faire autrement que de défendre la pantalonnade, et une critique de ce genre n’étant pas nouvelle[3] la réponse est assez facile.
L’exagération maintes fois critiquée est l’essence de la pantalonnade, elle lui est inaliénable[4]. Amphitryon, Januarie, Pantalon, Géronte, Harpagon[5] en sont les archétype il ne peuvent changer, ils sont vieux avares et cocus, ils se veulent grotesque et ridicule. Ce sont des personnages exagérés, prévisibles, leurs traits sont forcés, leur obsession omniprésentes et pourtant la critique que cette comédie nous faits de l’homme est beaucoup plus profonde et beaucoup plus subtile que celle faite par Wilde et ses pareils[6].  Cet archétype Ubuesque[7] est bien plus frappant que les personnage superficiel, il ne veut pas supérieur a nous, il ne se détache pas du monde pour le critiquer cyniquement, ces par son grotesque qu’il nous fais rire a ses dépends et non pas au dépends des « autres ». Le rire engendré par la pantalonnade n’est pas malsain, ce n’est pas le rire du supérieur qui se limite bêtement à constater sa supériorité ; comme le disait Gide « L'épaisseur des grands comiques, des Cervantès, Molière, Rabelais. Leur rire est générosité. Celui qui sourit seulement se croit supérieur ; il se prête ; l'autre se donne. »[8] 


C’est  cette tradition comique qui apporte chez  Molière ce coté anthropologique, cette critique de l’homme. Et la comédie des Mœurs que Molière allie à la Pantalonnade  rajoute une critique de la société[9] qui ce manifeste dans des comédies comme Tartuffe, Le Bourgeois Gentilhomme et Le Misanthrope. Et c’est parce que la critique qu’a faite Molière a faite de la société de son temps était profonde qu’elle a tant dérangé. L’école des femmes en est l’exemple parfait, Molière défend le droit d’éducation des femme deux cents ans avant les premiers féministes, est-ce être inutile ?
Molière est-il une plaie car il critique avec justesse les faux dévots, les précieuses, les libertins, les médecins, les bourgeois et les aristocrates ? Est-il une plaie car il n’est pas dans ce qu’on nous appelons aujourd’hui le politiquement correct ? Je n’aurais pas cru que LordMagnus était aussi dogmatique.
Molière n’est pas comique, c’est ce qu’affirme LordMagnus[10] or le propre du comique c’est d’exagérer la vérité pour faire rire. N’est-ce pas ce que fais avec talent Molière en alliant comédie de situation, comédie de mœurs et pantalonnade dans un mélange complexe et savant ? Faire rire à bon escient est une des choses des plus difficile qui soit.
 
Pour toutes ces raisons je plaide non coupable, mais tout du long de ce plaidoyer je n’ais jamais  espérer convaincre mon adversaire, qui s’imagine avec complaisance que l’on peut apprécier avec sa juste valeur un auteur mort depuis bientôt 400 ans sans le moindre effort sans s’adapter a son époque. Si le fond que j’ai appelé anthropologique des pièces de Molière garde toute sa valeur la forme a souffert de l’effort du temps ses vers et sa proses qui s’adressait a tous sont aujourd’hui moins limpide. Mais en s’adaptant a l’auteur l’on peut le retrouver dans toute sa splendeur[11].
De Plaute à Dario Fo, Molière s’inscrit nettement dans une tradition mais il en est un des acteurs majeurs, il l’a modifié a tout jamais et vouloir rejeter Molière, c’est rejeter d’un bloc toute la comédie, il en est devenue indissociable. Pareillement ne pas trouver Molière drôle c’est ne pas le comprendre, c’est dire « nul n’aura de l’esprit or nous et nos amis »[12].
Messieurs les jurys voilà pourquoi je suis intimement convaincu que Molière est un grand comique et si jamais j’avais tort et qu’aimer Molière est un vice alors « J’aime mieux un vice commode qu’une fatigante vertu »[13].

Dixi
 
 
 
 




[1] Comme le disait R. Devos « Le rire est une chose sérieuse avec laquelle il ne faut pas plaisanter »

[2] Malgré les apparences

[3] Platon critique Aristophane dans « Le Banquet » et Horace a fait tout une diatribe contre Plaute.

[4] Si l’exagération n’est pas inaliénable au théâtre de Molière, elle reste une partie constituante de ses comédies. La filiation entre Molière et Plaute est en effet très profonde (cf Amphitryon)

[5] Amphitryon : Plaute et Molière pièce du même nom, Januarie : Chaucer « Les Contes de Canterbury », Pantalon : Personnage principal de la Commedia del arte  

[6] Wilde est un excellent auteur mais je ne le considère pas comme un comique, mais ceci est un autre débat.

[7] Ubu est un autre avatar de Pantalon

[8] Journal 1889-1939 / Bibliothèque de la Pléiade / nrf Gallimard 1951, <16 juin 1932 p.1133>

[9] Déjà présente chez Aristophane, Plaute et Chaucer elle prend cependant toute son ampleur avec Molière

[10] Soyons généreux et admettons qu’il lui arrive de dire des choses plus sensées

[11] Ainsi nombre de metteur en scène on modernisé Molière et certains avec succès, réactualisant ainsi l’auteur.

[12] Molière, Les Femmes Savantes

[13] Molière, Amphitryon
_______________________________________________
"L'existence est le récif sur lequel la pensée pure fait naufrage" S.KIERKEGAARD

"Dans la guerre tout est simple, mais le plus simple est difficile" C.CLAUSEWITZ
Revenir en haut
Jarnac
Penseur réfléchi
Penseur réfléchi

Hors ligne

Inscrit le: 08 Mar 2010
Messages: 71
Localisation: diverses et variées
Masculin
Point(s): 0
Moyenne de points: 0

MessagePosté le: Dim 10 Oct - 01:24 (2010)    Sujet du message: Molière or not Molière that is the question... Répondre en citant

Avant d'aller gouter du repos du brave j'aimerais sur ce présent sujet faire 2 remarques:
La première et que j'ai vu récemment Francis Huster jouer deux fois une diatribe du Misanthrope dans sa pièce Sacha le Magnifique. La première fois il a imité le style de la vieille comédie française[1], c’est a dire la déclamation ce fut une boucherie. La deuxième fois il joua la scène de façon « naturelle » et là j’eu l’impression que ces mots eussent pu être prononcé par un quidam dans la rue, la modernité de Molière ne cessera de nous surprendre.
La deuxième remarque et qu’après cette longue attente je constate avec regrets ma victoire par forfait.
Sur ce messieurs bonne nuit.




[1] Style qui malheureusement n’a pas encore tout a fait quitté les comédien du Français.
_______________________________________________
"L'existence est le récif sur lequel la pensée pure fait naufrage" S.KIERKEGAARD

"Dans la guerre tout est simple, mais le plus simple est difficile" C.CLAUSEWITZ
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 05:25 (2018)    Sujet du message: Molière or not Molière that is the question...

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le Coin des Penseurs Tranquilles Index du Forum -> Club détente -> Débats Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation