Le Coin des Penseurs Tranquilles Index du Forum
 
S’enregistrer
 
Le Coin des Penseurs Tranquilles Index du Forum FAQ Rechercher Membres Groupes Profil Se connecter pour vérifier ses messages privés Connexion
 
Qui vote ?

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le Coin des Penseurs Tranquilles Index du Forum -> Recherches -> Politique
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Al
Penseur
Penseur

Hors ligne

Inscrit le: 13 Mar 2010
Messages: 24
Localisation: Paris
Point(s): 0
Moyenne de points: 0

MessagePosté le: Ven 23 Avr - 14:26 (2010)    Sujet du message: Qui vote ? Répondre en citant

En pleines révisions d'un cours intitutlé "Théorie générale de la démocratie" - cours largement orienté vers sa défense par ailleurs - je suis tombé sur ce passage qui explique un curieux paradoxe de l'histoire politique française. Rousseau, dans son Contrat social de 1762, défendait l'idée que lors du vote, ce sont toutes les volontés particulières qui devaient s'exprimer, d'où l'impossibilité de les diviser, de les représenter par une assemblée - du moins idéalement. Sièyès, dans Qu'est-ce que le Tiers Etat ?, 1789, défendait l'idée que la nation en son entier était le fondement indivibisle de la souveraineté populaire, donc qu'il était possible de la représenter puisqu'il s'agissait d'un tout et non pas de la somme des parties. Paradoxalement, Rousseau en venait à défendre la "tyrannie de la majorité", alors que dans son modèle politique la liberté individuelle était le fondement du débat politique ; Siéyès, quant à lui, finissait par défendre la liberté individuelle- en bon libéral qu'il était - alors qu'il partait de l'idée d'un tout indivisible et suprême - la nation.


Bref, tout ceci me mène à me poser cette question : lors du vote national (référendum, législatives, européennes, etc.), qui s'exprime ? La nation, cet espèce de bloc solidaire abstrait, ou bien les volontés individuelles, somme tout aussi abstraite et insaisissable ?
Cela me mène à soulever un problème qui, je trouve, relève de l'absurde : pourquoi les médias, lors d'un vote national, donc censé dans l'imaginaire français être le moment d'expression de la nation entière indivisible et tout le tralala, nous assènent-ils chaque jour des sondages, qui ne sont que les sommes des volontés particulières dans un contexte particulier ? Le jour du vote, les citoyens prennent en compte le fait qu'il s'agit désormais d'un enjeu national, ils ont au minimum réfléchi (j'espère du moins qu'ils ne votent pas au hasard), alors pourquoi vouloir nous bourrer la tête avec des sondages qui ne prennent en compte que la non réflexion des citoyens quelques jours avant le vote ? Voilà donc mon véritable questionnement : pourquoi utiliser ce qui relève d'une logique économique libérale, à savoir la somme des volontés particulières à un moment donné sans réflexion politique, lors d'un enjeu politique nécessitant l'expression de l'identité nationale indénombrable et irréductible à un savant calcul ? Pourquoi utiliser des chiffres froids lors d'un moment censé faire intervenir l'émotion, le sentiment, le transcendant ? Quelle utilité a l'éphémère - les sondages changent au quotidien - face à ce qui se veut immortel - la nation, ayant des racines historiques immémorielles, et marchant vers un avenir sans fin ? Cela signale-t-il la victoire de la logique économique libérale dans tous les domaines, y compris politique et national-identitairement (ça fait un peu national socialisme, je sais...), ou bien est-ce le début de la fin de la nation que la logique économique libérale viendrait combler pour permettre au politique de survivre ?
_______________________________________________
" - Sur la vie d'ma mère !
- Mais laisse ta mère tranquille ! "
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 23 Avr - 14:26 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Jarnac
Penseur réfléchi
Penseur réfléchi

Hors ligne

Inscrit le: 08 Mar 2010
Messages: 71
Localisation: diverses et variées
Masculin
Point(s): 0
Moyenne de points: 0

MessagePosté le: Mar 27 Avr - 23:31 (2010)    Sujet du message: Qui vote ? Répondre en citant

Comme toujours la réponse se doit d'être relative.


Si dans nos fondement démocratique  nous considérons la majorités de certains scrutins comme l'expression de la nations. ( Des scrutin comme les referenda, les plébicites, l'election présidentielle)
Dans ces scrutins il n'y a pas tergiverser la nation s'exprime et elle ne saurait avoir plusieurs voix.
Dans les fait il est évident qu'ils y a divergences de volontés individuelles multiples et que même le scrutin qui veulent donner une voix a tout le monde (eg élection européennes) ne peuvent le faire.


Pour résoudre le problème que tu pose l'on pourrais répondre qu'avant le vote il n'y a que de multiples opinions qui attendent de pouvoir s'exprimer  et qu'après le vote rite unificateur la Nation unifiés par ce procédés a tranché.
Ainsi il n'y aurais pas de victoire de la logique économique libérale qui commettrait un fratricide en tuant la démocratie libérale. Le choix de la nation n'est pas contesté après le vote, personne ne déni que Nicolas Sarkozy soit le Président de la République Française (qu'il soit un bon président est une autre question).
Une logique économique qu'elle qu'elle soit ne saurait remplacer la politique, car vivre-ensemble et économisa ne font bon ménage.
_______________________________________________
"L'existence est le récif sur lequel la pensée pure fait naufrage" S.KIERKEGAARD

"Dans la guerre tout est simple, mais le plus simple est difficile" C.CLAUSEWITZ
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 05:14 (2017)    Sujet du message: Qui vote ?

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le Coin des Penseurs Tranquilles Index du Forum -> Recherches -> Politique Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation